img-description

Un des points clés dans la mise en place d’une nouvelle parcelle réside dans la fertilisation avant plantation.

Avant que les vignes ne soient plantées, la parcelle est facilement accessible pour de gros engins. Imaginez : augmenter la matière organique de 1 à 2% d’une sold correspond à un apport de 200 tonnes par hectares de compost … impossible une fois que les vignes sont en place. Ces apports en quantités importantes vont permettre un bon développement des pieds de vigne sur le long terme. Ceux-ci doivent être réfléchis en fonction des sols, mais aussi des techniques culturales futures.

Ainsi, pour notre parcelle “au Couvent” qui sera plantée dans un peu plus d’un mois, nous avons apporté 75 tonnes de compost, 75 tonnes de fumier et 75 tonnes d’écorces. Ce rapport permettra une libération lente et équilibrée des matières fertilisantes tout en améliorant la vie du sol.

En effet, l’expérience nous a montré que la gestion du sol, particulièrement en agriculture biologique, est une donnée clé dans la réussite des cultures. Espérons que cela porte ses fruits !

PS : Suites à quelques remarques de coopérateurs, nous avons adapté notre système d’alerte de mise à jour de notre blog par mail. À partir de maintenant, vous recevrez les avertissements mail uniquement pour les posts les plus importants.

Galerie photo

at mattis efficitur. risus velit, odio massa sed Sed consectetur neque. ipsum